Déménager en période de confinement : interview d’un déménageur

covid 19 demenagement

Déménager en toute sécurité pendant le confinement. 

Démé­na­ger en plein confi­ne­ment… Nos clients ne peuvent pas tou­jours repor­ter leur déménagement.

Face à cette situa­tion d’urgence, cer­tains de nos démé­na­geurs conti­nuent à opé­rer des démé­na­ge­ments, tout en essayant de res­pec­ter au maxi­mum les 4 gestes barrières :

 

  •  Se laver très régu­liè­re­ment les mains
  •  Tous­ser ou éter­nuer dans son coude ou dans un mouchoir
  •  Uti­li­ser un mou­choir à usage unique et le jeter
  •  Saluer sans se ser­rer la main, évi­ter les embrassades.

 

Nous avons inter­viewé l’un de nos par­te­naires démé­na­geurs, qui a effec­tué un démé­na­ge­ment le 21 mars 2020.

Décou­vrez quelles pré­cau­tions les démé­na­geurs prennent, pour les clients, pour eux et pour leur famille.

Un grand MERCI à tous les Déménageurs-Héros.

Thème interview : comment organisez-vous les déménagements pour respecter les gestes barrières et vous protéger ? 

  • Démé­na­geur inter­viewé : Pseu­do « Sartre »
  •  Inter­vie­weuse : Muriel, conseillère Démé­na­ger Facile
  •  Date inter­view : 30 mars 2020
  •  par téléphone

Retranscription de l’interview audio « comment organiser un déménagement en période de confinement »

Muriel : Bon­jour Mon­sieur, c’est Muriel de Démé­na­ger Facile. C’est au sujet du démé­na­ge­ment de Réding à Mori­gny-Cham­pi­gny, les 15 m³. Est-ce que vous aviez un équi­pe­ment spé­ci­fique pour ce déménagement ?

Démé­na­geur « Sartre » : Pas for­cé­ment d’équipement spé­ci­fique. On a des vête­ments de tra­vail, comme d’habitude. Ajou­tez à cela que l’on a des gants.

On est aus­si équipes de petites bou­teilles de gel hydro­al­coo­lique, que l’on uti­lise chaque demi-heure.  Car on est en contact avec des meubles, des car­tons déjà tou­chés par des clients. On doit se laver chaque demi-heure.

A la fin du tra­vail, on a du savon, de l’eau, de l’eau de Javel dans le camion, pour se désinfecter.

Muriel : Com­ment vous êtes-vous orga­ni­sés pour res­pec­ter les gestes bar­rières avec les clients et avec l’équipe, hor­mis l’utilisation de gel hydroalcoolique ?

Démé­na­geur « Sartre » : On a com­men­cé par les lettres de voi­ture, sur recom­man­da­tion de Démé­na­ger Facile ou de dif­fé­rentes pla­te­formes : on les signe à distance.

On les envoie au client par email qui va la signer. Pour la réa­li­sa­tion du chan­tier, le client prend ses dis­tances, et nous aussi.

Le client nous indique de loin les meubles qu’on doit prendre, et les meubles qu’on ne doit pas prendre. Au sein de l’équipe, comme c’est un dépla­ce­ment, d’habitude, on se déplace avec 2 démé­na­geurs et un chauffeur-déménageur.

Dans le moment actuel, on s’est mis en sous-effec­tif excep­tion­nel. Dans le camion, on ne peut pas prendre plus de 2 per­sonnes. Donc pour la réa­li­sa­tion de ce chan­tier, on était 2 per­sonnes. J’étais moi-même démé­na­geur et il y avait mon chauf­feur-démé­na­geur. C’est pour mar­quer la dis­tance en route : entre le chauf­feur et le démé­na­geur, il y a tou­jours la place du milieu qui est vide.

Muriel : est-ce que le res­pect des règles sani­taires a empê­ché la réa­li­sa­tion d’une par­tie du démé­na­ge­ment ? ou pas du tout ?

Démé­na­geur « Sartre » : pas for­cé­ment, il n’augment pas for­cé­ment la réa­li­sa­tion d’un démé­na­ge­ment, mais cela aug­mente le temps de réa­li­sa­tion du démé­na­ge­ment pas­sant de 30 à 40%.

Comme on se met en sous-effec­tif, et en plus avec les pauses que l’on fait toutes les demi-heures pour se laver les mains, pour mettre la solu­tion de gel hydro­al­coo­lique pour se dés­in­fec­ter, donc, ça prend du temps.

Muriel : Aviez-vous pris des pré­cau­tions par­ti­cu­lières pour anti­ci­per le char­ge­ment du camion ?

Démé­na­geur « Sartre » : Chaque jour, chaque jour, on prend des pré­cau­tions, on net­toie le camion entre chaque client. On doit faire atten­tion de ne pas tout mélan­ger. On est tou­jours avec des ser­pillières, des chif­fons, pour dés­in­fec­ter la cel­lule du camion, avec de la Javel. Avec les moyens du bord, car en ce moment, c’est la pénu­rie pour avoir tout ce qu’il faut.

Mais on fait avec les moyens du bord, on dés­in­fecte toute la cel­lule avec de la Javel, pour chaque client.  Figu­rez-vous que l’on a réa­li­sé 5 à 6 démé­na­ge­ments depuis le début de la semaine. Il faut à chaque fois dés­in­fec­ter la cel­lule du camion. On dés­in­fecte aus­si la cabine.

Muriel : Là où vous condui­sez. Cela rejoint ma ques­tion sui­vante : Quelles pré­cau­tions vous pre­nez pour l’habitacle ? Donc vous libé­rez la place du milieu et vous désinfectez.

Démé­na­geur « Sartre » : On a des lin­gettes humides, du gel hydro­al­coo­lique. On a 10L d’eau pour le lavage des mains, du savon de Mar­seille. Si on n’a pas de gel hydro­al­coo­lique, on prend de la Javel et du vinaigre.

Muriel : Quelles attes­ta­tions aviez-vous sur vous ?

Démé­na­geur « Sartre » : Pour les attes­ta­tions. Elles sont tout le temps mises à jour par le Minis­tère de l’Intérieur sur leur site. On a le jus­ti­fi­ca­tif de dépla­ce­ment pro­fes­sion­nel. C’est le patron qui le donne aux sala­riés, qui doit le prendre tout le temps avec lui. On doit être muni aus­si de la Lettre de Voi­ture avec l’ordre de mis­sion. Parce qu’il y a des gens qui contournent l’attestation. Donc nous on met tou­jours la lettre de voi­ture pour tel chan­tier avec la date. Comme cela, il n’y a pas de contour­ne­ment de la pro­cé­dure de confinement.

On a aus­si l’attestation déro­ga­toire de dépla­ce­ment, rem­plie par chaque sala­rié. Le jus­ti­fi­ca­tif de dépla­ce­ment pro­fes­sion­nel est four­ni par la socié­té. Moi je mets ces jus­ti­fi­ca­tifs avec une durée d’une semaine, avec une durée renou­ve­lable, puis je renou­velle l’attestation pour mes salariés.

Mais vous pou­vez mettre pour un mois, pour 2 mois, comme vous vou­lez. Moi, je mets pour une semaine, et je renou­velle. Ain­si je sais qui a uti­li­sé son attes­ta­tion et qui ne l’a pas uti­li­sée. C’est cela les attes­ta­tions que l’on doit four­nir aux gen­darmes et aux poli­ciers quand ils nous contrôlent sur les aires de péage. Quand ils nous contrôlent, vous mon­trez juste les docu­ments. Ils sont très com­pré­hen­sifs, c’est encou­ra­geant. Eux aus­si font leur travail.

Muriel : Du coup, la signa­ture de la Lettre de Voi­ture se fait par email inter­po­sé. C’est bien cela ?

Démé­na­geur « Sartre » : On a ces­sé de signer, car le virus peut sur­vivre sur le papier. On évite tout contact. Si on touche les car­tons, on se lave les mains avec le gel hydro­al­coo­lique toutes les 30 minutes, et on se lave à la fin du chan­tier avec de l’eau, du savon de Mar­seille et de la Javel pour se désinfecter.

Muriel : Jus­te­ment, qu’est-ce que vous avez fait chez vous une fois ren­tré chez vous après ce déménagement ?

Démé­na­geur « Sartre » : Quand on entre chez nous, à la porte d’entrée de la mai­son, on enlève tous les vête­ments de tra­vail, on les mets dans un sac plas­tique fer­mé et ça part direc­te­ment à la machine. Il faut prendre une douche et mettre de nou­veaux vête­ments. Une douche chaude. Ca tue le virus. On rentre se repo­ser à la maison !

Muriel : Oui, c’est bien méri­té. Je vous remer­cie beau­coup d’avoir pris le temps de répondre à nos ques­tions et je vous dis à bien­tôt, j’espère, pour vous pro­po­ser de nou­veaux chan­tiers (Note : en dehors de la période de confi­ne­ment autant que possible).

Démé­na­geur « Sartre » : oui, avec plai­sir pour de nou­veaux chantiers ! 

 

Muriel
Conseillère en déménagement
« Sartre »
Déménageur, inscrit chez Déménager Facile depuis 2 ans

🚚  Besoin d’aide pour orga­ni­ser votre déménagement ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email